La marque déposée DIRECT LANGUES® et le site directlangues.com sont à vendre. Détails
Phrase exacte
N'importe quel mot
Tous les mots

La culture française et les langues étrangères

Publié
05/03/2014 Par: Direct Langues

En France, on a tendance à croire qu’apprendre des langues étrangères fait un peu oublier sa propre culture.

Si autrefois le français suffisait à lui-même comme l’anglais, ce n’est plus le cas aujourd’hui. La culture «  unilinguiste »  d’exclusivité de la langue française fait partie du passé ce qui devrait à emmener à reconsidérer  le rapport à d’autres langues et cultures.

Liens entre culture et langues

La langue est l’un des éléments fondamentaux de la culture mais il ne s'agit que d'un de ces éléments.

Selon l'hypothèse de Sapir-WHORF,  l'individu découvre le monde avec sa langue et possède une vision de ce même monde par sa langue. La notion de culture est beaucoup plus vaste que ça et va au-delà, souvent une culture survit à une langue comme c’est le cas de la culture bretonne qui est plus répandue que la langue bretonne.

Cependant, apprendre une langue a deux approches; communicationnelle et culturelle , et c’est là ou réside le problème en France où on n’aborde l'apprentissage que par l'un de ces deux éléments sans  concilier les deux en même temps .

La langue outil d’intégration, faut-il enseigner la langue maternelle aux enfants d’immigrés ?

L’intégration signifie acquisition d’une nouvelle culture, on demande à l’immigré d’oublier sa langue et sa culture et cela engendre forcement des problèmes. Un immigrant qui a délaissé sa culture et sa langue n'aura pas une image valorisante de lui-même. L’approche de l’accueil doit être suffisamment compréhensible afin d éviter un mal-être qui aura tendance à se développer radicalement.

Le rapport de forces culturelles à travers l’étude des langues :

Pour certains, apprendre une langue étrangère n’est pas un choix mais une nécessité .Par exemple un individu qui parle une langue au sein d'un groupe est obligé de changer de langue à l arrivée d’une personne qui ne la parle pas, là on mesure le poids des représentations hiérarchiques et d’autocensures qui s’attachent aux langues.

De même que pour la traduction, on change de langue pour s’assurer un plus grand nombre de lecteurs et donc s’assurer une notoriété.